mardi 10 août 2010

Pause croquis chez yassine


Chaque lundi, nous nous retrouverons pour un petit compte rendu illustré sur mon voyage au Yémen . (désolé du retard, à croire que ma connexion internet était meilleure au Yémen!!)
La surprise étant que vous aurez une double version, puisque ma comparse de voyage Stéphanie Ledoux sera en lien et vous offrira la vision de ses fabuleux carnets.

On commence donc avec une de nos premières rencontres dans le souk de la vieille ville, Yassine, 21 ans, qui tient une boutique de bijoux et qui a spontanément accepté de poser pour nous autour d'un bon thé yéménite (à la cardamome). Nous repartirons toutes deux légères avec les chevilles tintantes de petits grelots qui ornent le bracelet que nous avons acheté, premier témoin de notre futur engouement pour les bijoux yéménite :)


Nous nous installons donc à même le sol plastifié et coloré avec tout notre petit barda d'artiste, un peu intimidée au départ. Mais l'accueil chaleureux de nos hôtes et la joie de croquer nous mettent un peu plus à l'aise, c'est ainsi que la salle de sa boutique se transforme en atelier croquis l'espace d'un temps.

Notre sujet pose sagement, mais surveille discrètement le résultat d'un coup d'oeil en biais, curieux de voir à quelle sauce il va être croqué. (Pour ma part cela aura été au café! lol Ma technique : fond au nescafé, encre de chine, aquarelle et posca et un peu de réhaut au pastel gras)

Fier de son allure typiquement yemenite , Yassine pose ses mains baguées sur sa Djambiya, poignard traditionnel porté dans un fourreau sur une large ceinture brodée. Ce poignard traditionnel ne sert qu'à l'occasion de danses traditionnelles (que nous aurons vu plus tard) mais il est toutefois porté au quotidien dès le plus jeune âge par les hommes de manière ornementale. La couleur du fourreau montre un signe d'appartenance à une classe sociale.





Yassine semble finalement rassuré, malgré sa boule de Qat, on peut apercevoir un timide sourire. Qu'est ce donc le Qat me direz vous..?
Il s'agit d'une herbe énergisante (mais contradictoirement aux effets visibles très très lents.lol) que la majorité des hommes chiquent au Yémen. Parfois on aperçoit des enfants ou des femmes machouiller ces verts feuillages. On nous en propose de temps en temps. Il nous faudra du temps avant d'oser tester son goût amer.
Plus on en mâche, plus l'effet est efficace, ce pourquoi vous percevrez l'après midi toutes les personnes avec une grosse boule sur la joue. Mais ne croyez pas que cela les empêche de parler, de manger , de boire ou même de fumer!!





Fin de la pause croquis, Yassine triomphe de ses deux portraits.
Pour voir la version de Stéphanie, c'est par ici! ;)



Aurelie Globecroqueuse

3 commentaires:

Blogger stephanie a dit...

Cooouuuule ! Tu as été aussi bavarde que moi ! :)
Lundi prochain on s'attaque aux trois qateurs dans la rue? Ou un par un?

10 août 2010 à 12:11  
Blogger Ameera Adek a dit...

Bonjour Aurélie,

Je souhaitais savoir si je pouvais utiliser vos illustrations sur votre séjour au Yémen pour mon blog destiné spécialement à cette destination!

Merci de votre retour.
A très vite.

Ameera
http://notreyemen.blogspot.com/

10 août 2010 à 14:09  
Blogger Aurélie a dit...

Merci Ameera de demander l'autorisation. Ton blog sur la culture Yémenite est intéressant.
Je t'autorise dans ce cas à poster mes images sur ton blog (si tu n'oublies pas de mentionner mon nom et poster un lien ;) )

J'ai vu que tu parlais du festival d'été de Sanaa...sache que nous étions 8 artistes européens à exposer nos dessins et peintures dans le cadre de ce festival.

Si tu veux plus d'infos n'hésite pas à me contacter par mail : globe.croqueuse@gmail.com

10 août 2010 à 14:23  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil